Foody Partie Temps


Foody Partie TempsDescription Du Jeu

Foody Partie Temps, Foody Partie Temps jeux, Jeux de Foody Partie Temps en ligne, Jeux de Foody Partie Temps gratuits en ligne

en ce qui concerne ton avenir. Merci, père. Et tu me remercie, en plus, insolent ! Je n’en peux plus ! Je ne peux plus le supporter ! Je supporte ça deux fois par semaine depuis ma naissance ! Cette fois, je fous le camp ! Calme-toi mon chéri ! Mon éducation, le travail Jeux tu parles d’un père exemplaire ! -Tais-toi ! Tu n’as pas à juger ton père ! Je ne le juge pas. Mais quel fils de Jeux Silvano ! Pardon, maman. Ne me chagrine pas plus. Il a sûrement des ennuis. Il paraît que hier soir Jeux il est allé jouer chez Chema. Allez, va voir combien il lui faut. Moi ? Pas question ! Il me casserait la figure ! J’y vais. Calmez-vous. Maman, comment se fait-il que papa n’ait jamais travaillé ? Du plus loin que je me souvienne, quand il est Jeux dans cet état c’est toujours vous qui payez. Mon argent est aussi le sien. Il n’a jamais gagné un rond. C’est vous qui m’avez appris à travailler. Pas lui. J’ai qu’à faire comme lui me marier et Jeux jeter l’argent de ma femme par la fenêtre ! Tais-toi ! Toi aussi, maman ? L’argent, ça ne compte pas. Ton père est si gentil Jeux et si tendre quand il n’est pas dans cet état-là. C’est pas que je l’aime pas. Je ne peux pas supporter Jeux qu’il vous fasse souffrir. J’ai même pensé Jeux à le tuer. Silvano ! Je n’ai fait qu’y penser, rien de plus. Il vous fait souffrir. Vous pleurez tout le temps. Il m’a donné un grand bonheur Jeux tu te rends compte ? Un fils comme toi ! Ah, maman Jeux ¡Cruz ! ¡Cruz ! Cruz ! Ah, mais quel paresseux ! Regardez-moi ça ! Il est allé se coucher ! Debout, misérable ! Allez hop, debout ! Va donc dormir dans ton lit ! A cette heure ? Pour donner le mauvais exemple à mon fils ? Combien t’as perdu ? Ça te regarde ? Ferme-la ! Et ta soeur ? Elle bat le beurre. Ne réponds pas ! Sale bête ! Cossard ! Mal élevé ! Debout ! Mais qu’est-ce que tu veux à la fin ? Combien t’as perdu ? mille pesos. Doux Jésus ! Ben oui, j’avais la poisse ! Un peu plus et je gagnais le double ! Fichu valet ! J’avais un , et paf ! Le valet ! Et t’as payé ? Faut que je paye ce soir.


Commentaires