Bon Médaillons de boeuf à la Crème au Raifort


Bon Médaillons de boeuf à la Crème au RaifortDescription Du Jeu

Bon Médaillons de boeuf à la Crème au Raifort, Bon Médaillons de boeuf à la Crème au Raifort jeux, Jeux de Bon Médaillons de boeuf à la Crème au Raifort en ligne, Jeux de Bon Médaillons de boeuf à la Crème au Raifort gratuits en ligne

Donc c’était des conneries ? Bien sûr. Finalement, ce qu’on dit sur les nègres est vrai. Vous n’êtes que des menteurs. Qu’est-ce que ça peut faire ? Je t’ai blessé ? En fait, oui. Je sais, Tu n’as pas beaucoup d’amis noirs, et je t’ai menti jeux Mais t’as aucune idée, ce que c’est d’être noir en Amérique. Le seul moment où les noirs sont en sécurité, c’est quand les hommes blancs sont désarmés. Et cette lettre, avait le pouvoir de désarmer les blancs. Appelle ça comme tu veux, j’appelle ça un mauvais tour. Tu veux savoir pourquoi j’ai menti. Pour qu’un jour tu me laisses monter dans la diligence. Bien je vais t’avouer John une lettre de Lincoln n’aurait jamais eu cet effet sur moi. J’aurai pissé dessus moi même. J’ai craché dessus. Bien, frangine. Bordel Warren, laisse ce vieil homme tranquille ! Eh Mannix, j’ai partagé une bataille avec cet homme. Ou tu vas me nier ça aussi ? Je suppose que t’y étais. Je peux t’accompagner ? Oui, vas-y. Merde. Alors, Comment est la vie depuis la guerre ? J’ai mes deux jambes. J’ai mes deux bras. Je suis pas à plaindre. T’as une femme ? Morte d’une fièvre l’hiver dernier. Quel était son nom ? Betsy. Une fille de Géorgie ? Augusta. Un garçon d’Atlanta, et une fille d’Augusta. J’élevai des chevaux Kentucky. Je l’ai rencontré à l’harras ou j’achetai mes poneys. Bon sang. C’était une chic fille. J’ai acheté un verger avec la dot. Je m’en suis plutôt bien sorti. Mieux que mes deux saletés de frères, c’est sur. Ton fils est venu ici il y a quelques années. Il parlait de sa mère aussi. Tu connaissais mon garçon ? Si je le connaissais ? Ouais, je le connaissais. Tu ne connaissais pas mon garçon. Comme tu veux. Tu connaissais mon fils ? Je connais le jour de sa mort, Et toi ? Non. Tu veux savoir quel jour c’était ? Le jour où il m’a rencontré. Il était venu chasser le nègre. À l’époque, ma tête ne valait plus que cinq mille dollars. Mais cinq milles dollars, pour descendre un nègre, C’était de l’argent facile. Ils venaient chercher cette fortune dans la montagne. Mais ils ne l’ont pas trouvé.


Commentaires