Bébé Potion Magique De La Sorcière


Bébé Potion Magique De La SorcièreDescription Du Jeu

Bébé Potion Magique De La Sorcière, Bébé Potion Magique De La Sorcière jeux, Jeux de Bébé Potion Magique De La Sorcière en ligne, Jeux de Bébé Potion Magique De La Sorcière gratuits en ligne

Bébé Potion Magique De La Sorcière N’y allez pas ! Vous ne reviendrez pas ! Je reviendrai. Répondsmoi ! Où estu ? Que se passetil ? Qu’avezvous tous ? Que vatil leur arriver ? Ne restez pas là comme des bovins ! Répondezmoi ! Qu’y atil ? Rien. L’alerte est finie. Que voulezvous dire ? C’est fini. Je me rappelle. Au ème siècle, les bombes, les cris de “fin d’alerte !” C’est fini, tout ça ! Il n’y a plus de machines volantes, de bombes, de guerres ! Les anneaux nous l’ont dit. Mais vous n’avez ni écouté ni appris ! Jadis, au son des sirènes, les hommes devaient courir Jeux ils fuyaient la mort, sous terre. Mais c’est fini ! Ces hommeslà sont morts. Et leurs meurtriers aussi ! Il n’y a rien à craindre. L’alerte est finie. Ceux qui sont descendus ? Comment vontils revenir ? Ils ne reviennent jamais. Personne ne peut les ramener. Mais vous pourriez essayer ! Pas un seul d’entre vous n’essayera ? Bon, j’essaierai, moi ! Tel était le destin des Eloi ! Leurs éleveurs, les Morlocks Jeux avaient dégénéré jusqu’à l’ultime bassesse humaine : Le cannibalisme ! Réveillezvous ! Reprenez vos esprits ! Quelque chose à brûler, vite ! A l’escalier ! C’est par là qu’on sort ! La torche ! La torche ! Montez l’escalier ! Vite ! Ramassez tout le bois mort ! Vite, du bois ! Bien ! Jetez tout dedans ! Tous à la rivière ! Allonsy ! Une autre nuit tombait, mais les Eloi n’avaient rien à craindre. Le monde souterrain des Morlocks n’était plus. De même que l’existence végétative des Eloi. Et moi dans tout ça ? J’étais prisonnier d’un monde Jeux auquel je n’appartenais pas. Vous regrettez ? Si je regrette ? Quoi donc ? De devoir rester. Je pourrais dire tant de choses aux hommes de mon temps ! Je pourrais parler Jeux du bonheur que l’avenir leur réserve. Connaître l’avenir les rendrait plus sages. Peutêtre. Vous ne voulez pas rester ? Ce n’est pas ça. Je ne suis pas à ma place, comme vous ne le seriez pas dans mon temps. J’aimerais connaître votre temps. Vous n’y seriez pas heureuse. Vous y avez quelqu’un ? Quelqu’un comme moi ? Non, personne comme vous. J’ai des amis. Je leur manquerai.


Commentaires